Espaces Naturels Sensibles

Réserve Naturelle Nationale de Carlaveyron

  • Commune : Chamonix-Mont-Blanc

Formées essentiellement de roches siliceuses et cristallines, les Aiguilles Rouges constituent un observatoire privilégié, face aux glaciers et aux sommets du massif du Mont-Blanc.

Installé dans un amphithéâtre glaciaire, la réserve naturelle de Carlaveyron s’apparente à un jardin aquatique composé de ruisselets, lacs, marais, tourbières et « gouilles », nom local désignant de petits plans d’eau. La partie haute est réservée aux glaciers qui ont façonné le plateau. Humidité et altitude déterminent l’implantation d’une flore spécifique et rare. Tourbières et bas-marais accueillent notamment la cordulie des Alpes, une libellule qui affectionne les milieux tourbeux d’altitude où pousse le droséra, le rubanier à feuilles étroites ou encore la laîche de Magellan, rareté végétale présente en France uniquement en Savoie et Haute-Savoie. C’est également le territoire de la grenouille rousse et du triton alpestre qui, en période de reproduction, revêt sa livrée nuptiale, ventre rouge feu et retrouve sa mare pour une ponte biennale. Le secteur de la Vogealle, est propice à la présence du tétras-lyre qui affectionne les mosaïques de milieux où se succèdent landes à myrtilles, rhododendrons et pelouses alpines sèches. A la période des beaux jours, bouquetins des Alpes et chamois se régalent de myrtilles et s’abreuvent au lac de l’Aiguillette. Dans le prolongement de la réserve naturelle des Aiguilles Rouges, sur le flanc nord-ouest, la hêtraie-sapinière des gorges de la Diosaz abrite des espèces rares et menacées. C’est dans les combes humides, les ravins ombragés et les rochers de gneiss recouverts de tapis de mousse que le lynx cohabite avec la gélinotte des bois, l’aigle royal et le pic tridactyle. Ce site de moyenne et haute montagne est un véritable joyau qui offre une nature encore préservée à découvrir tout au long de l’année.